Etre enfant unique

Bonjour à tous,

Tout d’abord, je tiens à m’excuser pour mon absence. Le mois dernier à été chargé : partiels, déménagement … Aujourd’hui, je vous propose un article au sujet de mon expérience d’enfant unique. Beaucoup de parents ou futurs parents s’inquiètent de voir grandir leur enfant seul. Cette crainte est naturelle mais qui de mieux placé pour vous répondre qu’une enfant unique ? Sachez que je ne prétends pas connaitre le ressenti de tous les enfants uniques car chaque enfant a un vécu singulier, qui lui est propre. Peut-être que certains d’entre vous se retrouveront dans mon histoire ?

EST-CE QU’ON S’ENNUIE ?

Cette question m’est fréquemment posée. Comme tous les enfants, que vous soyez enfant unique ou pas, il arrive que l’on s’ennuie. L’ennui n’est peut-être pas aussi présent lorsque l’on a des frères et sœurs mais il est tout de même présent.

– C’est à ce moment que la Psychomotricienne s’exprime – Par ailleurs, l’ennui n’est pas négatif. Au contraire, il permet à l’enfant de développer son imagination et son jeu symbolique. Ce sont des moments vertueux. L’enfant apprend à être seul et à se débrouiller par lui-même. A travers ses diverses expériences en solitaire, l’enfant grandit et mûrit.

Quand je visualise mon enfance, il ne me semble pas avoir souffert de l’ennui. A l’inverse, je garde de bons souvenirs des moments passés seule où je créais tout un tas d’objets tout droit sortis de mon imagination : un PC en papier, un bateau, un appareil photo… Déjà très branchée technologie !

EST-ON PLUS MURS QUE LES AUTRES ENFANTS ?

La maturité dépend de très nombreux facteurs : l’environnement familial, le style éducatif etc. Pour ma part, je pense avoir mûri plus vite que les autres enfants mais la raison ne réside pas dans le fait d’être enfant unique. J’ai mûri plus vite car ma mère travaillait et continue à travailler beaucoup pour m’élever dans les meilleures conditions. Ainsi, j’ai eu une plus grande responsabilité et j’ai été confrontée plus vite à effectuer des tâches d’adultes : faire les courses, préparer le dîner… Avec le recul, je me rends compte que le plus dur a été de veiller sur moi-même quand j’étais seule. A certains moments, ne pouvoir compter que sur soi-même, vous permet de mûrir et d’être autonome. Vous intériorisez plus rapidement les règles et normes que l’on vous impose car vous savez qu’elles sont là pour votre bien et qu’il n’y a personne pour vous repêcher.

LES COPAINS/COPINES D’ÉCOLE REMPLACENT-ILS DES FRÈRES/SŒURS ?

Si vous avez compris que j’ai beaucoup de frères et de sœurs, je vous conseille de relire le début de l’article !

Concernant cette question, je peux uniquement vous donner mon avis. Celui-ci est partagé. D’un côté, je pense que des amis ne peuvent pas remplacer une fratrie car avec vos frères et sœurs, vous avez partagé des relations familiales uniques pendant plusieurs années alors que vous étiez en plein développement émotionnel et affectif. Cependant, il arrive que pour X ou Y raisons, des frères et sœurs fassent leur vie chacun de leur côté et ne se revoient plus. Dans ce cas, les amis peuvent il remplacer une fratrie ?

ENFANT UNIQUE, ENFANT POURRI GÂTÉ ?

Je ne vais pas vous mentir, j’ai été très gâtée et je continue à l’être. C’est pourquoi, je supporte très mal l’attente et la frustration. Je suis très impulsive et je veux toujours tout dans la minute. Forcément, il est plus facile de gâter son enfant lorsque vous n’en avez qu’un… Ce n’est pas pour autant qu’un enfant unique devient un adulte égoïste. Emmanuelle Rigon, psychologue clinicienne, écrit  » Là encore, l’éducation joue beaucoup. Mais en général, n’ayant pas souvent de choses à partager, ils sont plutôt avides de le faire. Et puis ils ne subissent pas d’attaque à l’intérieur de la famille, donc ils n’ont pas l’habitude de se battre pour leur territoire. »

Ainsi, n’avoir pas de frère ni de sœur ne doit pas être considéré comme un manque, c’est plutôt une façon d’être et une façon de vivre. Chaque famille a ses particularités, elles ne sont pas pour autant de « mauvaises » familles.  N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire.

Je vous embrasse,

Marie ♥

Pensée positive

« N’attends pas que les événements arrivent comme tu le souhaites ; décide de vouloir ce qui arrive et tu seras heureux » – Epictète

Bonsoir à tous,

Aujourd’hui, un petit article lifestyle sur la pensée positive. Malheureusement, se sentir bien ne tombe pas du ciel, c’est un choix issu des décisions que l’on prend. La pensée positive comme toute autre chose s’apprend !

QU’EST CE QUE LA PENSÉE POSITIVE ? C’est une attitude mentale et émotionnelle qui se focalise sur le bon côté de la vie et en attend des résultats positifs. Ce n’est ni se voiler la face, ni inventer un bonheur inexistant ! En bref, c’est tirer le positif des événements passés, profiter de l’instant présent et penser au futur avec sérénité.

Pour ceux qui me connaissent, vous savez qu’il est très difficile pour moi de me poser et de ne rien faire. Je suis toujours speed, débordante d’énergie et parfois très stressée. Lire sur la pensée positive et l’expérimenter m’a permis d’être plus calme et contrôler davantage mon stress. La pensée positive est un véritable mode de vie dont je vous livre les clefs.

L’état d’esprit d’autrui nous influence.

En groupe, notre état émotionnel et mental est très influençable : nos pensées positives et négatives se transmettent d’un individu à un autre. Avez-vous remarqué ? Dans une discussion, lorsque vous protestez, votre interlocuteur sera plus à même de se plaindre même s’il ne le fait pas souvent.

Penser en pleine conscience & utiliser la méditation

Prendre conscience de son flux de pensées notamment de ses pensées négatives est indispensable pour accéder à la pensée positive. Après avoir identifié vos pensées négatives, faites travailler votre imagination pour créer des situations agréables. Pour cela, vous pouvez faire des exercices de méditation. Je vous conseille d’acheter les livres de Christophe André et/ou d’essayer l’application « PSYCHOLOGIES – Coaching » disponible sur Apple Store et Play Store.

Pour ceux qui le souhaitent, je peux enregistrer ma voix afin de vous guider lors d’une séance de relaxation. Ne vous inquiétez pas, mes résidents et patients disent que j’ai une voix douce … A vous de me dire en commentaire si l’idée vous plait ?

Modifier sa perception des événements

Rassurez moi, suis-je la seule à dialoguer avec moi-même ? Si vous le faites aussi, essayez d’utiliser des termes positifs et agréables

De même, lorsqu’on vous critique, souvenez vous de tous les compliments que l’on vous a fait et valorisez vous. Cette technique de « diversion » vous permettra de ne pas ruminer et ressasser ces critiques durant toute la journée. 

Apprendre à être tolérant envers vous-même et attentionné envers les autres. 

Une des étapes les plus importantes est d’apprendre à être plus tolérant avec soi-même. On a tendance à se juger beaucoup plus que les autres ne le feraient et on se fixe des objectifs irréalisables. De fait, on est souvent déçus de nous-mêmes. 

Pour commencer, essayer de vous fixer des objectifs réalisables, même « faciles » pour débuter. Une fois que vous vous jugez plus tolérant envers vous-même, essayez de vous tourner davantage vers les autres. Comme dirait Aristote, « l’Homme est un animal social qui a besoin d’être en relation pour vivre ». Donner aux autres est très gratifiant et ne pourra qu’être positif dans votre développement personnel. 

Souriez davantage car le sourire influe sur votre état d’esprit.

BIG UP à ma mère qui me répète sans cesse de sourire davantage sur les photos ! Et oui, sourire peut vous aider à être serein. Avez-vous déjà remarqué ? Vous déchargez vos pensées négatives lorsque vous avez un fou-rire. Avez-vous déjà entendu parler de la thérapie par le rire ? Regardez cette vidéo pour en savoir plus.

Toujours voir le positif même dans le négatif.

Dans une situation négative, le positif ne nous saute pas aux yeux et pour cause, toutes nos émotions sont sens dessus dessous. Pour tirer le positif du négatif, il faut prendre du recul et repenser tranquillement à la situation lorsque vous êtes calme.  

Pour éviter le stress, se créer des habitudes de vie ou dailyroutine.

Les habitudes de vie permettent de réduire votre stress quotidien car vous n’avez plus d’anxiété anticipatoire. Par exemple, vous avez RDV chez le médecin à 14H. Préparez votre trajet la veille et pensez à être en avance plutôt qu’en retard.

Vous allez me dire « facile à dire ! ». Pour favoriser la pensée positive, voici quelques petits exercices que vous pouvez faire chez vous, testés et approuvés :

  • Avant de vous endormir, écrivez trois moments agréables de votre journée.
  • Le matin, prendre le temps de se réveiller et de s’étendre.
  • Faire des exercices de respiration abdominale en début et/ou fin de journée.
  • Prendre 5 minutes dans la journée pour respirer. Ceux qui ont une Apple Watch, il y a une application qui peut vous aider. 
  • Remplacer les « non » par des « peut-être ».
  • Pratiquer une activité psycho-corporelle (sport, expression corporelle).

La pensée positive peut considérablement améliorer votre qualité de vie. Pour ma part, elle a réduit mon niveau de stress journalier et m’a permis de profiter de l’instant présent.

Je n’en suis qu’au début de l’apprentissage de la pensée positive mais cette pratique m’intéresse beaucoup au vu de mon métier – Psychomotricienne.

J’espère que cet article vous a plu, n’hésitez pas à laisser un commentaire pour me donner votre avis. Je vous souhaite une excellente soirée,

MARIE ♥